ASSOCIATION POUR L'AVENIR DES DIFFUSEURS DE PRESSE

ASSOCIATION POUR L'AVENIR DES DIFFUSEURS DE PRESSE

A ceux qui gouvernent !

Association pour l’avenir des diffuseurs de presse                                         

93 rue Paccard  74400 chamonix

 

 

 

 

                                                Madame Laurence FRANCESCHINI

 

                                                Directeur du Développement des Médias                                                                                                                                                     

 

Madame,     

 

Nous souhaitons aujourd’hui que soit modifiée la représentation des diffuseurs de Presse.

 

A l’heure actuelle, seule l’UNDP en est en charge bien qu’il existe d’autres courants d’opinion non représentés.

 

Son manque de transparence (non communication vérifiable du nombre d’adhérents cotisants, refus de publication des comptes pourtant légalement obligatoire depuis 2009)  et son manque de concertation de la profession préalable à toute négociation et gage de légitimité des prises de positions, nuit à son action de notre profession.

 

Il existe pourtant de nombreux diffuseurs indépendants, refusant cette représentation, dont les discours se veulent plus constructifs en termes d’avenir.                                                                                      

 

La lecture des propos tenus sur les différents blogs relatifs à notre profession en atteste. Et leur fréquentation ainsi que le nombre de messages postés et de sujets traités sont gages de leur représentativité.

 

Nous vous demandons de leur permettre de s’exprimer en confiant dès aujourd’hui l’un des deux sièges attribués aux diffuseurs au sein du CSMP. Ceux-ci ont en effet été hâtivement et sans fondement légal attribués à l’UNDP. Sont associés dans notre recours le SNDP, le SNLP et qui ensembles sont prêts à élire un représentant.

 

Tous comme vous nous le pensons, nous ne saurions en effet comprendre et tolérer, la conversation de la légitimité de représentation à un organisme qui refuse des obligations légales.

 

En l’attente de vous lire à ce sujet et, restant à votre disposition, nous vous prions d’agréer, Madame, l’expression de nos meilleurs sentiments.

 

 

 

                                                                                                          LE PRESIDENT

                                                                                                          MARINI Michel

 

                                  

 



21/05/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7312 autres membres