ASSOCIATION POUR L'AVENIR DES DIFFUSEURS DE PRESSE

ASSOCIATION POUR L'AVENIR DES DIFFUSEURS DE PRESSE

L’exception culturelle française de proximité

221 appréciations
Hors-ligne
tribune 28/11/2016 - par Daniel Panetto, président de l’Union nationale des diffuseurs de presse (UNDP)  paru dans Stratégies

Presse  -  L’exception culturelle française de proximité

Alors qu’au pied de l’arc en ciel, il y a un trésor pour qui le trouve, sur les linéaires de vos marchands de journaux, il y a, vraiment, des pépites! Autant de pépites qui font de ces points de vente des mines d’or. Elles sont rares, aujourd’hui, les mines d’or, me répondront certains. Et d’ajouter: aussi rares que les marchands de journaux dont vous parlez, les mêmes qui n’en finissent plus de fermer boutique; encore un millier cette année, peut-on déjà lire dans les colonnes des journaux.

Parlons-en et rétablissons quelques vérités dans ces colonnes, qui sont les premières à se faire l’écho des titres qui cessent de paraître et des rideaux qui tombent sur les boutiques de mes confrères. Un point de vente qui ferme, c’est toujours un point de vente de trop. L’exercice du commerce est un art compliqué. Tous les autres réseaux commerçants souffrent, comme en témoigne le dernier rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) et du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), dévoilé jeudi 20 octobre dernier, où il est déploré un taux de vacance commerciale de plus de 10% dans les centres-villes, jusqu’à 50% dans les villes moyennes.

Les marchands de journaux, des commerciaux au contact des lecteurs
Pourquoi alors alimenter la sinistrose d’une presse en crise qui, pourtant, offre tous les jours, du lundi au dimanche, sans interruption, l’information, la culture, le loisir, pour tous et près de tous. Connaissez-vous toutes les publications disponibles en France? Il y a près de 2 000 références dans un seul point de vente, tant que, parfois, vous peinez à trouver celle que vous cherchez.

Pour autant, qui n’a pas connu cette situation où vous ressortez d’un point de vente avec deux, voire trois magazines dont vous ne soupçonniez peut-être même pas l’existence? Pour tous les âges et pour tous les goûts, la presse magazine française répond aux centres d’intérêts aussi variés que les êtres sont divers. Et elle ne cesse de se renouveler: régulièrement, les titres font peau neuve et sortent de nouvelles formules. Tous les ans, des femmes et des hommes avec l’esprit d’entreprendre lancent de nouveaux titres dans notre réseau de vente. Ils font le pari du papier et font confiance aux marchands de journaux, leurs commerciaux au contact de leurs lecteurs pour vendre leur titre.

Je suis marchand depuis plus de trente ans et depuis plus de trente ans, je suis en contact quotidien avec mes confrères. Notre réseau est riche de ses femmes et de ses hommes qui l’animent. Des amoureux du papier, de l’écrit, des patrons de petites entreprises de culture de proximité. Ils sont passionnés, ils croient dans les produits que mettent entre leurs mains les éditeurs.

Mais ils souffrent de lire, d’entendre les médias, la presse qu’ils font vivre, raconter leur mort et celle de tout le secteur dont ils font partie. L’optimisme n’est pas seulement une vue de l’esprit. Il y a des raisons d’espérer, venez les rencontrer chez vos marchands de journaux.

221 appréciations
Hors-ligne
Si je comprends bien la presse doit s'auto-censurer.
c'est déjà  largement ce qu'elle fait à propos de la distribution de la presse. 

Il faut uniquement parler de ce qui va bien et de ce qui serait bon pour la presse.

je comprends la démarche du président de l'Undp, mais si la presse ne parlait que de ce qui va bien, se vendrait-elle ? intéressait-elle nos clients ?

Dernière modification le mardi 29 Novembre 2016 à 09:07:02

119 appréciations
Hors-ligne

Des infos et des .... A vos commentaires

Le discours syndical et militant d'un côté, et celui destiné à communiquer vers le grand public -donc nos clients- n'est évidemment pas le même.
On va tous aussi chez des commerçants. Que faites vous si l'un d'entre eux se plaint systématiquement en vous prenant pour témoin ? Vous finissez par aller ailleurs...
Daniel Panetto est aussi dans son rôle, en valorisant ce métier de diffuseur, et ses collègues.
Je ne crois pas qu'on puisse attribuer cette intervention à de l'auto-censure.
Peut être de la méthode coué pour remotiver ceux qui en ont besoin.
Si c'est positif et efficace...

221 appréciations
Hors-ligne
Stratégies? c'est de la presse pro et non grand public. N'aurait-il pas dû tempérer son discours et mettre quelques lignes sur les dysfonctionnements de la filière qui créent de l'exaspération dans le réseau.

Rappelons-nous ces marchandes de presse qui ont mis une affichette sur leurs vitrines pour indiquer qu'elles fermaient.  L'intention première n'était certainement pas d'alerter les médias, mais leurs clients. Après nous savons tous comment les journalistes travaillent. IL suffit qu'un en parle, pour que l'info soit reprise par d'autres.  On n'y peut rien, les médias fonctionnent ainsi.

J'ai récemment rencontré une marchande de presse qui aimait vendre de la presse. J'ai bien écrit "aimait" vendre de la presse. C'est une personne agréable, mais a choisit d'arrêter à cause des dysfonctionnements du SAV de son dépôt, ce n'est malheureusement pas un cas isolé.  Beaucoup aiment le produit presse mais beaucoup sont usés, aigris de tous ces problèmes récurrents. 
Il suffit de regarder le nouveau SI,  on nous l'avait présenté comme la solution miracle qu'en est t-il du retard, du retard et toujours du retard. Et maintenant une des deux messageries veut même en arrêter les frais.

Comment faites-vous,  quand vous n'arrivez pas à avoir du réassort sur les encyclopédies. vous devez une information à votre client, le client attend une explication. il ne comprend à l'heure d'internet, ou il peut recevoir des produits en moins de 24 heures que vous soyez dans l'incapacité de le satisfaire. Lui il s'en moque qu'on soit dans un système de flux poussés.  Pour lui, nous devons apporter un service.  

Daniel Panetto prend la presse à témoin.  Certes la presse régionale plus que nationale, parle des fermetures, mais très souvent aussi elle traite de réouverture de points de vente, des changements de diffuseurs, des animations des magasins de presse. Elle n'est pas que dans le négatif.

Dernière modification le mardi 29 Novembre 2016 à 13:45:43

119 appréciations
Hors-ligne
Moi President de l' .....

Dernière modification le mardi 29 Novembre 2016 à 10:01:40
Des infos et des .... A vos commentaires

694 appréciations
Hors-ligne
Je suis moins compréhensif qu'123456 à l'égard de ce double langage.
Côté grand public il parle de "marchands" et de "commerciaux", alors que côté professionnel il parle de "diffuseurs". Ce n'est ni sain ni honnête.

Et ce n'est pas en obérant le problème qu'on le résoudra mais en le mettant au centre du débat.
Pour cela il faut alerter et non tenter de minimiser la réalité pour soi-disant faire preuve d'optimisme salvateur.

Lamentable comme toujours.
Tant qu'à communiquer il faut faire savoir la vérité même si elle dérange.
1/ Pendant 30 ans les éditeurs ont engrangés des profits colossaux sans se préoccuper d'investir pour l'avenir de la filière.
2/ Ils ont massacré les messageries, les dépôts et maintenant les diffuseurs tout en continuant à obtenir le soutien de l'Etat
3/ Ils préparent le transfert de la distribution aux GMS
4/ Depuis 2005 ils ont favorisé l'abonnement pour récupérer le marché qu'ils avaient confié aux marchands.
5/ Pour eux il n'y a pas de clients mais des consommateurs, pas de marchands mais des diffuseurs
6/ Le contenu est devenu très secondaire à leurs yeux par rapports aux autres sources de revenus (publicité , datas, aides, ...)
7/ L'activité n'est qu'un paravent permettant d'avoir de l'influence et de faire tourner une cash machine fiscalement très très avantageuse.
Etc.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

148 appréciations
En ligne
Notre syndicat non représentatif n'a pas de discours syndical et militant audible par les marchands de presse et éditeurs/messageries, afin de divulguer QUE celui destiné au grand public et au bon plaisir des éditeurs/annonceurs
Rappelons nous que les fermetures ne sont que des M/L négligeables (dixit le même)...

Dernière modification le mardi 29 Novembre 2016 à 11:16:52

221 appréciations
Hors-ligne


La liberté d'expression me semble gravement mise en cause par un défenseur de la liberté de la presse !

89 appréciations
Hors-ligne
C'est exactement tout ce qui vient d'être dit , les éditeurs gros groupes ont encore énormément de pouvoir , ils ne lâcheront rien parce que eux même pensent que l'avenir de la presse est ailleurs que dans le papier , pour remonter le moral des troupes qui en accompagneront la fin , ils nous envoient tantôt L'UNDP , Les Messageries , la Mairie et l'Etat pour nous faire patienter et mourir en silence dans le silence ( miettes d'aides ) ils n'ont aucune proposition pérenne , mais ils persistent tous à imposer un systeme qui prend l'eau , toutes les restructurations ne changent rien , tellement les intérêts sont individualistes , alors que cette filière doit pour préserver la pluralité et la démocratie , justement avoir des droits mais aussi des devoirs communs , les concurrences déloyales en tous genres , le manque de communication , le politiquement correct ou tout le monde exploite tout le monde , mais il ne faut pas le dire et le dénoncer ? parce que si vous défendez les intérêts des marchands , vous dénoncez les abus des autres ect . Il n'y a pas de dialogue , juste qu'ils imposent toutes les règles parce que l'ère est aux suppressions généralisées du travail, qui s'est enclenchés depuis des décennies parce que l'ajustement économique se sont les salaires et les rémunérations et que sans réformes de fond , nous ferons la fin qu'ils prévoient pour la presse papier point barre !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :


Cochez la case ci-contre :